Anti-spoil
twitter logo facebook logo insta logo
12/10/20
Article

6 French League : La formule Prime

Découvrir des talents. Telle est l’une des nombreuses raisons de suivre régulièrement la 6 French League. Présentation d’une révélation qui ne cesse de nous époustoufler, semaine après semaine.

6 French League : La formule Prime

Victor Mamont n’est pas très différent des autres joueurs qui composent le magnifique tableau qu’est la 6 French League. Sa vie tourne autour de Rainbow Six Siege, il a du talent, beaucoup de talent, et se bat comme ses 39 homologues dans le but de devenir un jour champion de France de ce sport électronique.

Mais s’il y a bien une chose qui diffère chez ce Périgourdin de naissance, c’est la détermination qui l’a accompagné tout au long de son apprentissage. Jusqu’au moment d’éclore face aux milliers de paires d’yeux qui l’observent chaque semaine désormais. C’est une certitude : il n’a pas été parmi les premiers à débarquer dans le milieu, mais donnera tout pour ne pas faire partie des derniers positionnés.

Sur Rainbow Six Siege, Prime — tel le service homonyme proposé par une célèbre firme de vente sur internet — offre tout plein d’avantages à son équipe de Maestria. Et qui de mieux que son coach, Fiorenzo Elba, Fio’ pour les plus intimes, pour en parler ? « C’est un joueur efficace et extrêmement polyvalent, qui réagit rapidement aux situations », confie celui qui arbore depuis longtemps une casquette de casteur. « Il répond toujours présent pour aider, il apporte de l’efficacité et de la confiance sur les matchs. Dans le collectif, c’est un meneur. »

Une piste de progression ? « La communication », selon le technicien de la structure suisse. Un peu comme beaucoup de joueurs de la scène subtop, finalement. Cette dernière ayant longtemps été livrée à elle-même et n’ayant souvent proposé que des formations sur le tard. Dans le cas de Victor, le parcours est d’ailleurs très stéréotypé par rapport à d’autres esportifs de sa génération : des débuts sur console, puis une transition sur PC pour pouvoir participer aux compétitions les plus intéressantes, comme la Gamers Assembly à laquelle il participera avec une équipe d’inconnus et dont les résultats seront loin d’être clinquants. Puis finalement le tournant, courant 2019.

À cette époque, Benjamin « Sixquatre » Leray, vainqueur d’une Pro League avec Yunktis quelques années plus tôt, décide de lancer tout un programme de détection et de formation retransmis en stream. Lors des matchs du Yunktis Royale, la phase de repérage des talents en devenir, Prime se démarque très rapidement. Alors que des statistiques sont récoltées comme il se fait dans le milieu professionnel, ces dernières parlent d’elles-mêmes. Le natif de la Dordogne intègre dès lors le programme et l’équipe Yunktis Blue.

À l’échelle européenne, les résultats ne se montreront pas folichons. Que ce soit sous l’ère Yunktis, ou par la suite chez ToZeDrop et Maestria, Prime n’a jamais réussi à se hisser en Challenger League. Trois tentatives, ce n’est pas faute d’avoir tenté. Mais côté France, le contrat a été rempli. Fin 2019, son équipe remporte les premiers débats des 6 French Challengers. Il s’ouvre ainsi les portes de la 6 French League.

Cette saison, même si Maestria a vécu un premier split mouvementé, avec une non-qualification en CL et des départs de certains cadres de l’équipe à l’intersaison, Prime est resté très constant. Et plutôt talentueux. Le flex tourné sur l’agressivité est le meilleur élément de sa formation en matière d’impact, et figure dans le top 10 des statisticiens. C’est certain : les prestations du joueur de 23 ans ont tapé dans l’œil des observateurs. Quelle suite pour lui ? Il faudra attendre la fin de la saison pour connaître la position de Maestria au classement, et les ambitions de l’équipe pour l’avenir. 

De son côté, Prime devrait continuer d’évoluer en 6 French League, que ce soit avec son équipe, ou une autre, étant donné l’étalage de qualités dont il fait preuve. Même s’il lui faudra toujours progresser et viser la Challenger League, point de transit obligatoire pour quelqu’un qui rêve, comme tous les autres, d’atteindre l’European League. Car en esport et sur Rainbow Six, s’appeler Prime ne permet pas une accélération dans le processus de livraison. Il faut mériter sa place et se battre, pour arriver à destination sans encombre.

Chris « Luzi » Lima